Calfat-Batelier

Calfat-batelier

 

 L’irréductible calfat-batelier : itinéraire d’un métier traditionnel

 

 

Devinette : « Je suis un amoureux de la nature qui aime travailler dehors. Je passe mes journées sur une péniche à transporter des passagers ou des marchandises. Quand je ne suis pas sur l’eau, je fabrique des embarcations traditionnelles en bois. Qui suis-je ? »

Il y a un petit piège car le métier présenté ici est double : il s’agit à la fois du calfat et du batelier. Zoom sur un métier artisanal très peu connu !

  

Quand des collégiens partent à la rencontre d’un métier insolite, cela donne une superbe fiche métier vidéo sur le calfat-batelier. À voir ici !

 

 

Il était une fois le calfat-batelier, un métier fluvial rare

 

Dans la famille des métiers rares et insolites, je demande le calfat-batelier ! Vous n’en avez jamais entendu parler ?

Pas de soucis, les élèves du collège Foch de Strasbourg sont partis interroger le dernier calfat-batelier professionnel d’Alsace. Son nom : Patrick Unterstock.

 

batelier métier« J’ai un métier double. Je suis batelier, c’est-à-dire que je transporte des personnes et des marchandises sur la rivière. De l’autre côté, je fabrique des barques à fond plat, je suis également calfat. »

Patrick, dernier calfat-batelier d’Alsace

 

 

Patrick est fier de son métier fluvial.

De la même manière qu’Obélix avec la potion magique, l’irréductible calfat-batelier avoue être tombé dedans lorsqu’il était petit.

 

 

Un métier artisanal à exercer avec passion

 

Le calfat fabrique à l’unité ou en petites séries des barques traditionnelles en bois pouvant atteindre 12 mètres de long.

Sa mission n°1 : assurer l’étanchéité du navire ! D’où son nom, « calfat », qui provient du verbe « calfeutrer » signifiant « boucher les trous d’une ouverture, étancher ».

 

Le batelier, de son côté, est un as du transport par voie d’eau.

S’il n’est pas accompagné de passagers, il choisit sa marchandise et surveille le chargement du bateau. Enfin, il assure l’entretien de sa barque.

« Un jour, j’ai rencontré une personne qui savait faire des bateaux et elle m’a enseigné sa technique. » déclare Patrick. Impossible donc d’exercer ce métier fluvial traditionnel sans passion !

 

 

Quelle formation professionnelle pour être calfat-batelier ?

 

Patrick n’a pas suivi de formation particulière, il a surtout appris la technique de calfat sur le terrain, en pratiquant : « J’ai appris des choses en rencontrant beaucoup de gens » déclare-t-il.

En ce qui concerne la batellerie, il existe un CAP navigation fluviale qui peut éventuellement être complété par un MC transporteur fluvial.

 

 

Vous avez été séduit par ce magnifique métier artisanal ? Vous souhaitez vous lancer dans la navigation ou la construction fluviale ?

 

Pour plus d’infos, vous pouvez consulter le site de la Chambre Nationale de la Batellerie Artisanale ou découvrir les autres fiches métiers du Canal des Métiers.

 
 
  • les 4 étapes pour participer au concours

 

 

 

  • nos partenaires

 

 

 

  • Projets en compétition
 2124 établissements
 7901 enseignants
 59225 élèves
 2324 dossiers